Laura Burban, Nantaise au Danemark nous résume la saveur de sa capitale d’adoption au travers du «hygge», un concept bien local qui définit un moment chaleureux.

Qu’on se le dise, les Copenhaguois ne vont pas se balader sur le port de Nyhavn (THE image que vous avez en tête quand vous pensez à la capitale danoise avec ses maisons colorées, ses petits cafés, ses beaux bateaux…). Certes le décor est agréable mais les restaurants y sont très chers et le coin est bien souvent envahi par les touristes.

À Copenhague, le hygge est partout.

Les Danois, eux, sont plutôt adeptes du hygge – prononcez « hugueu » en aspirant bien le h – un concept intraduisible qui définit un moment chaleureux, seul ou entre amis, où l’on savoure une tasse de thé ou bien une bière, on mange, on lit, on tricote, on papote… Le tout avec des bougies que vous trouverez dans absolument tous les restaurants et cafés ! À Copenhague, le hygge est partout. La Ny Carlsberg Glyptotek qui renferme de nombreuses oeuvres d’art danoises et d’ailleurs nous charme avec son jardin d’hiver situé en plein milieu du bâtiment. Le dimanche c’est gratuit alors c’est le moment que choisissent les Danois pour y prendre un café en amoureux ou y amener leurs bambins.

Un dicton danois dit qu’il n’y a pas de mauvaise météo, juste de mauvais vêtements.

La mode locale consiste à porter des vêtements confortables. D’ailleurs un dicton danois dit qu’il n’y a pas de mauvaise météo, juste de mauvais vêtements. Ici porter un costard et des baskets pour aller au travail est tout à fait normal. Toutefois s’habiller avec originalité est permis et le noyau de la mode danoise se situe dans le quartier latin qui regorge de friperies et de boutiques vintage. Et si la réussite financière en France est caricaturée par la possession d’une Rolex, au Danemark il faut pouvoir s’offrir l’un des fameux fauteuils oeuf du designer Fritz Hansen.

Niveau gastronomie, les habitants de Copenhague se réjouissent des Torvehallerne apparues en 2011. Des halles couvertes super cosy où l’on peut déguster des produits du monde entier. Le Nantais préférera peut-être goûter au traditionnel smørrebrød, tartine de pain noir beurrée, agrémentée de tout et n’importe quoi. Et pour le dessert rien ne vaut une bonne glace maison que l’on trouve à chaque coin de rue. Ici, il n’y a pas de saison pour en savourer.

Si l’on se dirige vers l’Est du centre ville, nous atterrissons à Christiania. Cette « ville libre », fondée en 1971 sur un ancien quartier militaire, est un des rares squats qui perdure en Europe. Dans le monde, elle est célèbre pour sa tolérance envers la vente et la consommation de drogues. Localement, les Danois lui connaissent plein d’autres charmes : le cinéma le moins cher de la ville où les séances durent facilement 3h car elle sont suivies d’un débat, les maisons faites de bric et de broc, le sauna, les restaurants biologiques et végétariens, les concerts toute l’année et le marché de Noël local très populaire. Alors oui, l’hiver il y fait sombre et froid mais le charme du Danemark n’opère-t-il pas finalement à cette saison précise ?

Texte : Laura Burban
Photos : L. Burban, P. Switch