Rencontre avec Valentin Roy et Morgan Lavaux, petits génies du numérique parents d’Hector, cube connecté, et de Gaspard, tapis intelligent.

Entre les deux Nantais tout commence par une belle histoire d’amitié. Du vélo trial, leur sport passion, à la création de leur entreprise, le parcours est sinueux mais aucun obstacle ne semble les freiner. À présent, ils n’ont qu’une ambition : rendre plus intelligent les objets de notre quotidien par le biais de la digitalisation. 

Quel est votre parcours ? 

Valentin : J’ai une licence en informatique. À la fin de mes études, j’ai travaillé en agence comme développeur mobile. J’ai commencé par BeApp, puis je suis devenu indépendant pendant 2 ans et demi.

Morgan : J’ai un bac pro commerce. Je n’ai jamais beaucoup apprécié l’école, donc après mon bac j’ai directement travaillé  dans le secteur de l’immobilier d’entreprise. Donc, rien à voir avec ce que je fais à présent.

En 2014, Valentin et Morgan se lancent le défi de créer leur premier objet connecté, le cube intelligent Hector. Plus qu’une station météo, Hector partage en temps réel, et à distance, des informations liées à la température et le taux d’humidité. De l’idée à son industrialisation, Valentin et Morgan passent par plusieurs phases d’expérimentation. Au départ de la taille d’un carré de sucre impossible à reproduire à grande échelle dans une optique de vente, Hector évolue et grandit. C’est notamment grâce à la Cité de l’Objet Connecté d’Angers, que les deux inventeurs ont pu être conseillés et mis en relation à un riche réseau d’industriels, d’ingénieurs et de bureaux d’étude en mécanique et électronique. 

Qui est Hector ?

M & V : Hector est un cube connecté très simple d’utilisation. C’est un cube nomade qui donne la température, le taux d’humiditié, la pression atmosphérique de la pièce où il se trouve. On peut le poser où bon nous semble, dans une cave à vin ou à cigare, un réfrigérateur, dans la chambre de bébé. Couplé à une application, Hector nous permet de conserver un  historique de ses mesures pendant 20 jours. Via cette application, Hector est également capable d’alerter si la température ou l’hygrométrie excède là où on l’a posé.

image-du-cube-intelligent-hector

Où trouve t-on Hector ?

Valentin : Tout le monde peut adopter Hector, on le trouve dans des circuits de distribution grand public. Hector est également un objet qui intéresse les professionnels à plus grande échelle. Nous travaillons par exemple avec des assureurs. En cas de sinistres constatés chez leurs assurés, Hector devient alors leur meilleur ami pour la prise d’humidité des murs, nos innovations remplacent parfois le travail de 5 intervenants environ. L’utilisateur fait sa mesure lui-même et tout est beaucoup plus rapide et moins contraignant. Avec la prise de mesures connectées, l’information remonte directement aux assureurs. C’est également le même attrait avec le secteur de la restauration où Hector peut informer à distance et en direct sur les variations de températures dans une chambre froide.

En développement perpétuel et en recherche active d’idées, un nouvel objet a été conçu. C’est d’une expérience de vie, d’une situation très personnelle que Gaspard est né. 

image-du-tapis-capteurs-gaspardMorgan : J’ai eu un grave accident de sport, j’ai passé près de 2 ans à l’hôpital. Tétraplégique, mes membres ne répondaient plus. Aujourd’hui, avec ténacité, j’ai récupéré la mobilité de mes bras et un peu de mes jambes.  Néanmoins j’ai encore parfois besoin de mon fauteuil. Et c’est justement ce fauteuil qui m’a inspiré Gaspard. Il faut savoir qu’en restant assis, il ne suffit parfois que de 3h dans une mauvaise position pour malheureusement développer une escarre. À l’hôpital, le patient fait l’objet de contrôles réguliers par le personnel soignant mais une fois chez lui, il est livré à lui-même. Gaspard est un donc un coussin ou tapis anti-escarres. Il intègre des capteurs intelligents, le tout connecté à une application. Gaspard permet donc de suivre les personnes de retour chez elles. Il traque les activités liées au positionnement dans un fauteuil, il alerte et sensibilise la personne aux mouvements pour éviter les escarres.

Pourquoi avoir choisi les prénoms Hector et Gaspard ?

Morgan : C’est assez naturel pour nous. On aime bien l’idée d’une relation privilégiée avec l’objet. Les nommer cela les personnalise et donne cette sensation de proximité. C’est vrai que ça sonne très franco-français, peut-être que cela rassure aussi. 

Quels conseils pourriez-vous donner à de futurs porteurs de projets ?

Valentin : Il faut savoir rester très terre à terre, penser au marché et surtout à l’utilisateur final. C’est bien d’imaginer, d’inventer mais il faut que ce soit utile, que l’utilisateur ait vraiment envie de l’acquérir. Je pense qu’il faut aussi une bonne cohésion d’équipe, avec des personnalités complémentaires ou qui se connaissent. Chaque aventure est différente, il n’y a pas de vérité.

Retrouvez Morgan, Valentin, Hector et Gaspard sur leur site : www.misterhector.com