Pendant le Voyage à Nantes, admirer, écouter et s’émerveiller ne suffisent plus, on joue aussi avec l’exposition Playgrounds !

Les sportifs du monde entier se tournent vers Londres pour les JO. Mais Nantes vient mettre son grain de sel en plaçant au cœur de la ville une exposition sportive intitulée Playgrounds ou chacun peut participer sur des sites en plein air et au Lieu Unique.

« Playgrounds c’est avant tout un joli pied de nez aux JO de Londres » confie Florent, qui travaille sur les différents sites. Créés par des architectes de Nantes et de Navarre, les sites de Playgrounds mêlent séduisantes architectures et jeux imaginaires. Chaque architecte invente son jeu, souvent par détournement de sports existants, comme l’arbre à Basket, ce végétal métallique, orné de cinq paniers de basket en usage libre; chacun amène son ballon, et c’est parti !

On se fait un bana ?

Autre lieu, autre ambiance, les architectes Clément Bacle et Ludovic Ducasse, proposent le Banaball, installé sur le toit de l’école d’architecture. Ce sport hybride entre la pelote basque et le handball, avec des règles proches de la « balle aux prisonniers » fait s’affronter deux équipes dans une structure grillagée où la couleur de la banane domine. L’énorme banane accrochée sur son toit est bien visible depuis la rue, et même, depuis le Nid de la Tour Bretagne. Cependant, si vous vous demandez pourquoi avoir mis une banane ici, seuls les architectes pourront vous répondre. Mais le secret est bien gardé…

Le plus difficile ce n’est pas de monter, mais de redescendre !

Le Mont Royal(e) passe difficilement inaperçu, sans aucun doute dû à son emplacement au cœur de la place Royale, ainsi qu’à son imposante structure d’escalade verte qui s’appuie sur la fontaine et reprend les formes du mont Gerbier-de-Jonc, source de la Loire, clin d’œil à notre ville fluviale. Les architectes sont partis du constat qu’en tout temps, de mai 68 aux grands évènements sportifs, la fontaine Royale a été escaladée dans le but d’attraper le trident de Neptune.

Ici donc, le but est d’escalader le mont pour espérer attraper le drapeau blanc situé à son plus haut point. « Le plus difficile ce n’est pas de monter, mais de redescendre ! Il faut tout lâcher, et faire confiance à la personne qui vous assure » confie Guillaume, encadrant le site.

« C’est très amusant » confie Nathalie, « j’ai essayé moi même, et je m’amuse autant que ma fille ». Pas d’âge pour escalader le géant vert. Pourtant, certaines personnes ne voient en cette immense structure qu’une disgracieuse prison pour la fontaine, qui fait perdre à la place Royale son charme habituel. Mais pas d’inquiétude, cette installation n’est qu’éphémère et le mont Royal(e) peut aussi s’admirer de l’intérieur : ouf ! La fontaine est toujours là.

Je vais prendre un café et du sport !  

Au Lieu Unique, on peut explorer le théâtre, la danse ou encore la musique autour d’un café…et, désormais lle sport ! De jeunes équipes d’architectes ont réalisé pas moins de huit structures de jeux sur les 2000 m2 qu’offre l’espace. Un golf parsemé d’embuches, avec des clubs-chaussures ; le « Nimby-ball », un badminton  qui peut se jouer à 9 avec 100 volants ; ou encore le « You Always Win », un panier de basket visible avec des lunettes 3D. Autant de sports à essayer, pour ensuite bien apprécier son café sur la terrasse du bar du Lieu Unique.

 

Rédaction et photos : Théo Boyer

Une réponse