Le Carrousel des mondes marins, cinquième manège fabriqué par la Compagnie des machines, se monte peu à peu. Un manège s’inscrivant dans la continuité du projet urbain de l’Île de Nantes, et dont François Delarozière, son créateur, est plutôt fier, rencontre.

Alors que le grand éléphant continue de faire voyager ses visiteurs sur l’Île de Nantes, une autre machine est en construction. Le Carrousel des mondes marins, manège de 24 mètres de haut, s’installe sur le bord de la Loire. En son sein, trente-six éléments sont sur le point d’être installés. Crabe géant, serpent des mers, raie manta… Des machines plus originales les unes que les autres. Au total, environ 80 visiteurs pourront trouver place en même temps dans le carrousel. Deux types de visites différents, l’un comportant un guide, l’autre sous forme « manège ». De quoi apprendre, comprendre et apprécier.

François Delarozière : « Le succès de l’éléphant était inattendu, mais nous en sommes fiers. Je pense que pour le carrousel le résultat sera surprenant ».

Pendant ce voyage imaginaire, trois lieux sont à découvrir. La mer, les abysses et les fonds marins. « On voulait emmener le public sous la Loire, sous l’Île de Nantes », explique François Delarozière, créateur et dessinateur du carrousel. Après avoir réussi à faire traverser la Loire aux visiteurs, nouveau challenge. « Le succès de l’éléphant était inattendu, mais nous en sommes fiers. Je pense que pour le carrousel le résultat sera surprenant ».

Dès le départ, l’idée de François Delarozière et de Pierre Oréfice était de créer quelque chose d’unique, de nouveau qui aiguiserait la curiosité des nantais et les forcerait à passer de l’autre côté du pont. Pari gagné puisque le million et demi de visiteurs a été dépassé l’année dernière. Le grand éléphant et la galerie font fureurs, et ce n’est que le début du projet. En 2000, lorsque la ville de Nantes lance un appel à projets un peu informel pour dynamiser son île, elle fut assaillie de projets plus originaux les uns que les autres. Même en arrivant dernier du classement, le projet « les enfants d’abord » de F.Delarozière et P.Oréfice fut accepté. A la base, l’idée était de « construire des lieux de jeux pour les enfants, comme des grands toboggans ou un carrousel des éléphants ». Finalement en 2002 la deuxième phase de recherche est lancée et naissent trois idées que nous voyons aboutir les unes après les autres. Le grand éléphant, l’arbre aux hérons et le Carrousel des mondes marins.

François Delarozière : « Quand je dessine, c’est une première pierre. Le projet s’enrichit de la sensibilité des constructeurs, du choix des matières, des couleurs… ».

Si les projets ont bien évolués entre la première ébauche et la phase finale, ils n’en sont pas moins sensationnels. « Quand je dessine, c’est une première pierre. Le projet s’enrichit de la sensibilité des constructeurs, du choix des matières, des couleurs… ». Le travail de F.Delarozière et de son équipe est de donner vie à ses dessins, de faire rêver le public en les invitant à voyager dans un monde onirique unique en son genre. Avec le carrousel, la Compagnie des machines remplit son contrat. Les éléments qui se trouvaient jusque-là dans la galerie vont prendre place dans leur nouveau lieu de vie. Ils seront visibles à partir du 15 juillet 2012.

« Considérer la ville autrement que comme un espace qu’on traverse pour aller de son domicile à son lieu de travail ». Dynamisme, originalité et attractivité, tels sont les maîtres mots de F.Delarozière pour décrire le projet urbain de l’Île de Nantes, et donc le projet des machines, dans lequel il s’inscrit parfaitement.

 

Une demande

particulière ?

contactez-nous

Gina Di Orio

gina@idilenantes.com
06 43 44 90 11

Damien Gillet

damien@idilenantes.com
06 71 63 71 25

Pour tous vos courriers

10 rue de l’Hommeau, 44640 St Jean de Boiseau