Le Grand Éléphant, celui que Nantes a embrassé comme symbole, doit son origine à la littérature et à quelques anecdotes qui ont traversé la ville.

On ne l’a finalement jamais trop vu. Les Nantais l’ont naturellement inscrit dans leur paysage, certains s’émerveillent encore à sa vue, d’autres ne le voit plus tant il fait partie du décor. Cet éléphant de 12 mètres de haut et de près de 50 tonnes d’acier et de bois est un hommage à l’oeuvre de Jules Verne, l’écrivain qui a habité la ville et qui continue de l’animer tant ses récits l’inspire. Avec sa devise lié aux voyages et à la mer “Neptunus favet eunti” (Neptune favorise les voyageurs ou ceux qui osent”), on a souvent associé Nantes aux créatures marines de l’auteur, le poulpe etc.

L’éléphant, lui, est un animal moins connu du bestiaire de Jules Verne et peu ont lu le roman qui le présente pour la première fois en 1880 : “La Maison à vapeur”. L’histoire se passe en Inde où un colonel en retraite est invité à voyager dans un véhicule extraordinaire initialement construit pour un rajah : un gigantesque éléphant en acier et à vapeur qui tire deux wagons.

En dehors de la littérature, Nantes s’est inspirée d’autres rencontres éléphantesques qu’elle a pu faire dans son passé, comme le cirque allemand Wilhelm Hagenbeck de Hambourg, qui a fait défiler en 1913 ses 15 éléphants dans le centre de Nantes. Ce cirque possédait 300 animaux (ours blancs, tigres, lions…) avec 250 employés à son service, autant dire la plus grande ménagerie du monde, à l’époque (photos : Victor Girard). Certains Nantais se souviennent également d’une parade dans les années 50 où les éléphants marchaient aux côtés des tramways.

Il y eut des histoires plus malheureuses concernant l’animal et le Museum d’Histoire Naturelle de Nantes en témoigne. Jetez un coup d’oeil en vitrine et vous apercevrez une petite femelle éléphant originaire d’Afrique. Elle était arrivée à Nantes et avait été présentée aux Nantais dans le cadre de la foire commerciale de 1934. Alors qu’elle venait d’être vendue, elle mourut. Une mort plutôt mystérieuse mais certains indices laissent penser à un empoisonnement.

Nantes semble donc entretenir, depuis un moment, un lien étroit avec l’éléphant, devenu son animal fétiche.

Une demande

particulière ?

contactez-nous

Gina Di Orio

gina@idilenantes.com
06 43 44 90 11

Damien Gillet

damien@idilenantes.com
06 71 63 71 25

Pour tous vos courriers

10 rue de l’Hommeau, 44640 St Jean de Boiseau