Un pseudo d’ailleurs pour un homme d’ici, Charlie Mars tombe sa cagoule colorée…

Prêts à nous frotter à l’excentricité de l’artiste, c’est un homme à l’allure sobre et détendue qui nous salue. Dans un bistrot des habitués, Charlie Mars s’attable et se révèle à nous, sans artifice, ni détour et surtout sans cagoule. « À la base, rien ne me prédisposait à avoir le statut d’intermittent du spectacle. J’ai fait un CAP plâtrier ; je ne sais toujours pas pourquoi d’ailleurs ! » Jeune diplômé, Martin Pageot – de son vrai nom – débute sa carrière professionnelle en tant que commercial.

La suite, nous la devinons : Un matin, lassé par son quotidien, il décide de rendre son tablier.

Ce jour-là, une idée cocasse lui vient à l’esprit, celle de se filmer cagoulé. Cette image qu’il donne de lui, restera emblématique. À l’aide d’une simple caméra de vidéo surveillance et un appareil photo de deux mégapixels, il réalise des films qui feront sa renommée. « J’ai diffusé mes vidéos au tout début de Daylimotion. On était alors que vingt ou trente utilisateurs. C’était les débuts d’internet ; ça a été un tremplin pour ma carrière ! Je bossais avec un matériel de mauvaise qualité, mais ce n’est pas quelque chose qui doit compter. La créativité doit primer ! » Le petit écran lui sourit.

Charlie Mars, alors âgé d’une vingtaine d’années, intervient sur Télénantes, au sein des émissions « Shower Show », et « Noc ». Repéré par Canal Plus en 2008, sa carrière prend un tournant national avec le programme « Les films faits à la maison ».

« C’est important de comprendre les images que nous regardons. Il faut aller au delà de la simple consommation »

Sa cagoule, rapportée du Guatemala par des amis, fera alors parler de lui. À ce sujet, Charlie Mars nous confie : « C’était une manière de faire de la comm’ mais je ne m’en étais pas rendu compte à l’époque. À la longue, les téléspectateurs se sont habitués à cet accessoire. C’est devenu un logo. ». Mais comme il le dit si bien : « Je n’allais pas faire cagoule toute ma vie ! » C’est à visage découvert, qu’il se montre à présent ; la cagoule est tombée, une casquette l’a remplacée.

Nous revenons sur ses années télé. « C’est une bonne expérience mais qui pompe beaucoup d’énergie pour une créativité assez limitée.»

Néanmoins, il continue à contribuer « L’oeil de Links » sur Canal Plus, un programme qui décrypte les vidéos de la Toile et qui lui permet de délivrer un message : « C’est important de comprendre les images que nous regardons. Il faut aller au delà de la simple consommation ».

Dans un monde où les images défilent constamment et à une vitesse folle, Charlie Mars prône la pause. Curieux de savoir ce qui se cache à présent sous sa casquette, nous laissons l’artiste nous dévoiler son tout dernier projet : « Pregnant Man », une performance scénique où il se travestit tellement bien que…non nous n’osons pas y penser ! Charlie Mars sourit et avec humour il nous livre : « Morphée m’a soufflé l’idée. Je rêvais d’être enceinte. C’est sans doute les angoisses de la trentaine et de n’être pas encore papa qui jaillissent. »

Les pieds sur Terre et la tête quelque part dans les étoiles – vous pensiez à une planète en particulier ? – Charlie Mars n’a pas fini de nous surprendre en adaptant ses visions et ses rêves à l’écran comme à la scène.

Une demande

particulière ?

contactez-nous

Gina Di Orio

gina@idilenantes.com
06 43 44 90 11

Damien Gillet

damien@idilenantes.com
06 71 63 71 25

Pour tous vos courriers

10 rue de l’Hommeau, 44640 St Jean de Boiseau